Code Lyoko

Code Lyoko
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Folle Realitée ***

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leo
Admin


Messages : 293
Date d'inscription : 19/08/2007
Localisation : la ou Lili n'est pas!

MessageSujet: Folle Realitée ***   Sam 6 Oct - 12:25

Chapitre 1 : Que fait-il ici ? ... et qui est il ?

C'était une soirée à priori ordinaire pour Jérémie comme pour les autres. ( Bien que leur vie soit tout sauf ordinaire ) Une belle soirée de fin de printemps : une petite brise revigorante et une chaleur douce et agréable. Le soleil lassé d'attendre que la lune viennent à leur rendez-vous s'en allait et ses derniers rayons illuminait le ciel de chaudes couleurs chatoyante.

Mais Jérémie avait autre chose à faire et à penser que de s'extasier devant la beauté du ciel.
Il se dirigeait vers l'usine pour installer un nouveau programme qu'il avait créé. Mais ce n'était pas non plus cela qui occupait ces pensées pour l'instant.

Jérémie portait un magnifique bouquait de rose rouge mais aussi un gros sac à dos, et s'entraînait à parler. Aélita avait promis de le rejoindre un peu plus tard dans la soirée à l'usine pour voir si le programme fonctionnait bien, mais elle voulait surtout proposer à Jérémie de venir avec elle au restaurant pour qu'il passe un peu de temps tous les deux. Et ce soir, Jérémie avait la même attention, non il voulait simplement lui déclarer la flamme ardente qui le consumait depuis qu'il l'avait vu la première fois sur l'écran du super calculateur, voilà ce qui occupait les pensées de Jérémie.








Jérémie se rendait donc à l'usine le coeur léger et gros en même temps. Il craignait inconsciemment que XANA ne gâche cette soirée mais il n'imaginait pas qu'un contretemps à priori aussi banal puisse porter une ombre à cette soirée qu'il espérait idyllique.
Le voici donc arrivé à l'usine, tout était comme d'habitude : morne, gris, délabré. La salle cathédrale méritait bien son nom, la beauté architectural en moins. Jérémie se surprit à imaginé cette endroit lorsqu'il était encore utilisé, mais il se dit que cela n'avait guère d'importance et il avait autre chose à pensé.
Il pris donc l'ascenseur qu'il avait emprunté cinq cent fois pour descendre dans les profondeur de l'usine, et de son secret. Pendant sa descente il recommença à s'entraîner à se déclarer à sa princesse. Et il continua à descendre, alla s'asseoir machinalement devant le supercalculateur, posa son sac près du siège et tout en tapant les lignes de codes de son programme continuait de répéter sa déclaration à sa princesse Aelita sans se douter qu'il n'était pas seul dans la pièce.
Il fut soudainement sorti de ses pensées par la voix d'un homme :
« Comme c'est touchant et bien pensé, ton Aélita va te tomber dans les bras Don Juan »
Jérémie sursauta, surpris et gêné de comprendre qu'il n'était pas seul. Il se retourna et vit un jeune homme ou peut-être un jeune garçon pensait-il,assit par terre dans un coin de la salle près du monte-charge.
Il ne semblait pas très grand, il portait une casquette noir un peu penché sur le coté gauche, une chemise blanche et une veste en jean noir par dessus, un pantalon en jean noir et des baskets de la même couleur que sa casquette et son pantalon. Malgré sa casquette Jérémie put voir son visage : il semblait assez jeune malgré ses légères barbes et moustaches qu'il semblait ne pas avoir rasé depuis plusieurs jours. Il portait aussi des lunettes avec une monture de couleur verte. Il avait des yeux de couleur marron et son regard, derrière ses lunettes, montrait un sérieux particulier mais inspirait aussi une certaine confiance et une sorte de sympathie humaine presque automatique. Mais Jérémie eu aussi l'étrange impression que son regard le transperçait comme-ci cette inconnu le connaissait profondément. Ce sentiment fut d'autant plus prononcé que le garçon esquissait aussi un petit sourire à la fois franc, sympathique et malicieux comme-ci il riait intérieurement et sincèrement de la gène que provoquait cette situation chez Jérémie. Et il y avait aussi un sac à dos noire à côté de lui.
Jérémie ne put rétorqué que des questions :
« -Qui est tu ?...et que fait tu ici ?
-Pour la première question mon nom est Justin, Justin Lepin. Pour la deuxième, pour être franc je pourrait te la retourner malgré que je croie connaître la réponse mais, sincèrement, je ne me souviens même pas comment je suis arrivée ici. C'est le bruit de l'élévateur qui ma disons « réveillé ». Je te pris de m'excusez d'avoir écouté t'a déclaration mais tu étais tellement concentré et ton texte était tellement beau et touchant que je n'ait pas eu le coeur à t'interrompre. A oui une dernière chose je ne te veux aucun mal et évidemment le fait que tu vienne dans un endroit comme celui-ci ne sortira pas de mon esprit ni de ma bouche, dit l'inconnu en se levant, en ramassant son sac et en se dirigeant vers l'élévateur.
-Dit-moi, quelle age as tu ? Demanda Jérémie
-Moi ? 20 ans et demi. Pourquoi ?
-Pour rien, c'est juste que tu fais plus jeune. Je ne t'aurais pas donné plus de 17 ou 18 ans, répondis Jéremie.
-C'est toujours comme ça, dit-il en sortant quelque chose de son sac et en lui montrant sa carte d'identité.
Jérémie resta muet devant cette preuve de son identité.
Bon, je vais te laisser te préparer pour ta princesse. Je m'en voudrais de gâcher votre moment, dit Justin avec un petit sourire malicieux qui fit rougir Jérémie.
-Que vas tu faire ? Demanda Jérémie
-Je crois que je vais rentrer chez moi, dit il en rentrant dans le monte-charge.
-Tu est sûr que ça va aller ? Et dit moi : je peut te faire confiance ? »
Justin leva la main droite d'un air solennelle et avec un sourire sérieux et dit :
-Je jure sur la vie de ma mère et de ma petite soeur Juliette d'emporter ton secret dans la tombe et au-delà de rester muet sur ce sujet face aux harpies. ça te suffit ? Je ne croit pas pouvoir faire plus pour te convaincre et de toute façon tu as les moyens de me faire tout oublié alors.
Acquiescement de Jérémie
-Hé comment tu sais que je peux ...? Questionnant un Jérémie effarée
-Ca n'a pas d'importance, oublie-moi et pense à elle, soit dit en passant merde pour vous deux, dit-il en pressant l'interrupteur de l'élévateur pour remonter.
-Merci, merde à toi aussi, répondit Jérémie.»
L'ascenseur s'éleva laissant un Jérémie dubitatif devant son écran.
« Il a raison je devrait sans doute l'oublier, il avait l'air honnête et sa carte était vrai sans aucun doute. Je devrait me concentrer sur mon programme. » pensa Jérémie.
Quelques minutes plus tard, sur le pont reliant l'usine à la rive de la scène :
« Bon où je suis moi ? Au moins, je suis en France c'est plus simple pour parler. Se dit Justin en souriant »
Il vit alors une jeune fille au cheveux rose marcher vers l'usine il l'aborda :
« -Excusez-moi mademoiselle savez-vous où se trouve la gare la plus proche ?
-La gare, bien sûr vous continuez tout droit, au deuxième feu vous prenez à gauche, tout droit vous arrivez sur une grande rue et la gare devrait être indiqué, répondit la jeune fille.
-Merci bien mademoiselle, bonne soirée, dit il avec un sourire : il savait qu'elle ne pouvait se douter qu'il savait qui elle était.
-Ravi de rendre service, bonne soirée à vous aussi. »
Il repartit dans la direction indiqué par Aélita, quant à elle, elle était à cent lieux de se douter que ce garçon était plus qu'un simple passant perdu

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codelyokofr.keuf.net
Leo
Admin


Messages : 293
Date d'inscription : 19/08/2007
Localisation : la ou Lili n'est pas!

MessageSujet: Re: Folle Realitée ***   Jeu 11 Oct - 19:26

Chapitre 2 : premier rendez-vous, grande déclaration et cible inconnu

Jérémie se retrouvait donc seul dans le labo. Il continuait sa programmation et quand il eu finis il se mit à sortir de son sac un gant spécial équipé de capteurs de mouvements et un casque avec des capteurs et un monocle spécial. Il enfila c'est deux appareils. :
« Il est temps pour moi de me faire un petit voyage en différé sur lyoko, dit-il »
Avec sa main droite qui n'avait pas de gant il activa au clavier son programme : « code clone J »
Apparu alors sur le territoire foret une sorte de clone de Jérémie. Le clone s'enfonça un peu dans la foret.
Le clone avait à peu près la même forme que celle de Jérémie lors de sa première vrai virtualisation : il ressemblait à un mage bleu.
Il portait une longue toge bleu et un sceptre d'argent avec à son sommet une sphere d'or.
Le clone avait le visage de Jérémie, bizarrement, c'est deux yeux semblait fermé mais il avait sur le front un troisième oeil qui lui permettait de voir lyoko par l'intermédiaire de son clone et du monocle installé sur son casque.
« C'est vrai que lyoko et le territoire foret sont beaux, pensa Jérémie »
« Voyons maintenant la réponse à la capture de mouvement »
Jérémie commença à enchaîner quelques mouvement de combats au bâton, que son clone, par l'intermédiaire du gant et des capteurs du casque, reproduisis avec son sceptre avec une étonnante ressemblance.
« -Expérience concluante, c'est même une très grande réussite. Prend garde à toi XANA car je suis près à me battre maintenant, et je n'aurais de cesse de te combattre tant que tu serras encore en état de nuire. Je sauverais William. Je sauverais Frantz Hopper. Et j'éradiquerais la menace que tu représente pour le monde, pour mes amis, et pour Aélita. Cela je le jure aussi sûr que je l'
-Jérémie ?
-A... Aélita, excuse moi, je ne t'avais pas entendu arriver, il y a longtemps que tu est là ?
-Quelques secondes, tu éradiqueras la menace que représente XANA, aussi sûr que ?
-Aélita, ou...oublie çà s'il te plaît, mon programme marchait et la joie m'a fait un peu sortir de mes gonds. Ce que j'allais dire n'a pas d'importance, dit un Jérémie rouge comme une tomate.
-Ah bon, dit Aélita avec une moue dubitative, déçue que le garçon quelle croit aimer considère sa question comme sans importance. Bien, mais qu'est-ce que c'est que ce casque et ce gant ? Ne me dit que tu as recommencé à utilisé le casque amplificateur d'intelligence ?
-Ho non, ne t'inquiète pas j'ai compris la leçon la-dessus, non c'est juste par rapport à mon nouveau programme mais c'est une surprise que je dévoilerai en temps utile si tu veux bien. Fais moi confiance je sais ce que je fais! Déclara Jérémie avec une assurance qui ne lui ressemblais pas en enlevant son casque et son gant.
-OK, dit, Jérémie, j'aimerais beaucoup que ce soir on sorte ensemble, peut-être aller au cinéma ou au restaurant qu'est ce que t'en dit ? Proposa Aélita
Jérémie souris et rougis en même temps.
-Je serais très heureux que vous me fassiez l'honneur de m'accompagner à dîner se soir, Princesse! dit Jérémie en faisant une révérence qui fit rire Aélita. Ho et j'oubliais permettez moi de vous offrir ces fleures dont la pâles beauté rend votre perfection plus éblouissante encore.
-Merci mon prince, dit Aélita en acceptant les fleures et en tendant la main à Jérémie.»
Lorsque leur main entrèrent en contact, ils se regardèrent dans les yeux et se mirent tous deux à rougir. Ils remontèrent et prirent le pont qui les ramenais vers la civilisation mais à ce moment là ils étaient juste, tout deux, seules au monde, marchant main dans la main, heureux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codelyokofr.keuf.net
Leo
Admin


Messages : 293
Date d'inscription : 19/08/2007
Localisation : la ou Lili n'est pas!

MessageSujet: Re: Folle Realitée ***   Sam 20 Oct - 9:05

« -Alors Jérémie où allons nous? demanda Aélita
-J'ai réservé dans un restaurant au bord du fleuve. Tu as faim ?
-Une faim de loup ! Allons y.
-On croirait entendre Odd, lança Jérémie avec un sourire qui fit rire Aélita. »







« -Alors Jérémie où allons nous? demanda Aélita
-J'ai réservé dans un restaurant au bord du fleuve. Tu as faim ?
-Une faim de loup ! Allons y.
-On croirait entendre Odd, lança Jérémie avec un sourire.
-Arrête de te moquer de moi Jérémie! lança Aélita en souriant.

-Dit Jérémie on peut passer au collège d'abord il faudrait mettre ces fleurs dans un pot pour éviter quelle ne se fane.
-Le problème c'est que si on se fait prendre on peut dire adieu à notre soirée. J'ai une meilleure idée Yumi habite près d'ici. On peut lui demander de s'en occuper et de te les ramener demain. Si c'est important pour toi, elle comprendra.
-Bonne idée allons-y
Chez Yumi la soirée était plutôt calme Hiroki jouait à ces jeux-vidéo, Mme Ishiyama préparait le dîner, Mr Ishiyama regardait les informations à la télévision et Yumi révisait en écoutant le dernier tube des Subsonics quand soudain quelqu'un frappa à la porte.
« -Quelqu'un peut-il allez voir qui c'est, je suis occupé pour l'instant clama la mère de Yumi.
-C'est bon j'y vais, bougonna l'homme de la maison. Qui ça peut bien être à 7 h 30 du soir ? »
Mr Ishiyama ouvrit et vit une jeune fille au cheveux rose portant un magnifique bouquet de rose et à côté d'elle un jeune blondinet à lunette.
« -C'est pourquoi ? demanda violemment le père de Yumi.
-Bonsoir, excusez-nous de vous déranger à une heure aussi tardive, pourrions nous parler à Yumi s'il vous plaît, nous sommes amis au collège, je m'appelle Aélita Stones et lui c'est Jérémie Belpois, demanda Aélita avec un aplomb surprenant compte-tenu de la mauvaise humeur de l'homme.
-Yumi ! C'est pour toi cria t-il. »
Yumi descendit et fut surpris de voir c'est deux amis à une heure aussi tardive.
« Bonsoir Yumi, dit Aélita avec son sourire enjôleur.»
Yumi remercia son père de l'avoir appelé, sortis sur le palier et ferma la porte derrière elle pour pouvoir parler tranquille avec ses amis.

« Yumi : Bonsoir, il y a un problème ? Une attaque de XANA ?
Jérémie : Je te rassure, pas d'attaque de XANA et j'espère qu'il nous laisseras en paix ce soir.
Aélita : En fait ce soir Jérémie et moi on sort ensemble, il ma invité au restaurant. Et il m'a aussi offert ces fleurs et on ne veut risquer de ce faire prendre en retournant au collège les mettre dans l'eau
Jérémie rougit quand il entendit « Jérémie et moi on sort ensemble »
Yumi : OK, j'ai compris , je m'en occupe, je vais bichonner ces roses comme si elle me venait d'Ulrich.
Jérémie : Tu devrais mettre les choses au clair avec lui, je veux dire arrêté de nier et
Yumi : Je ne t'es rien demandé, rétorqua t-elle violemment. Pardon Jérémie je n'ai pas tellement envie de parler de ça ce soir.
Jérémie : C'est pas grave. Tu viens, Aélita j'ai pas envie que m'a réservation soit annulé.
Aélita : Pars devant Jérémie je dois parler de quelque chose avec Yumi, entre fille.
Jérémie : OK, je t'attend.»
Jérémie s'éloigna pour ne pas entendre la conversation des filles
« - Je peux comprendre que se soit difficile pour toi mais si tu dois t'en prendre à Jérémie à moi ou à quelqu'un d'autre. Tu devrais en parler à un adulte voire à un psychologue. Ou mieux en parler à l'intéresse, arrêté de tourné autour du pot et lui parlé à coeur ouvert ou te débrouillé pour que ce soit lui qui le fasse, même si cette solution me parait difficile à réaliser, et surtout tu ne dois pas lui claquer la porte comme tu as pus le faire hypocritement, en rejetant tes sentiments, et les siens, au nom de l'amitié. Laisse moi te donner un dernier conseil d'ami. Je ne crois pas qu'il n'y ait jamais eu que de l'amitié entre vous mais vous avez toujours fait semblant de cela et si çà doit devenir une tare pour le groupe alors, soit vous devez arrêté toutes relations, soit en commencé une vrai. Voila ce que je pense de vous deux. Je suis désolé si c'est brusque mais il y a longtemps que je voulais te dire cela.
Clama Aélita avec sérieux et avec un énervement contenu qui parvinrent à ébranler Yumi jusqu'au plus profond de son âme : Aélita qui était plus jeune qu'elle avait mieux compris ses sentiment que n'importe qui.
« -A... Aélita, je... je suis désolé j'ai besoin de réfléchir. Je prendrais soin de tes roses et les ramènerais en bonne état demain, dit Yumi choquée par des propos aussi dur mais réaliste venant de son ami.
-D'accord, prend ton temps, mais ne réfléchit pas toute seule. Ca ne mène à rien dans ces cas là et merci pour les fleures. N'oublie pas que je suis toujours ton ami et que si tu as besoin de parler je serais toujours là, sauf peut être ce soir. Mais pour ce qui est de ta peur d'une relation amoureuse avec un garçon, je ne peut rien faire. Je suis désolé d'être aussi dur mais si ça peut t'aider je le referais si nécessaire et sans hésiter, précisa Aélita avec un ton plus amical.
-Merci Aélita, répondit Yumi. Bonne soirée avec ton prince charmant.
-De rien, bonne soirée à toi aussi, et ne t'inquiète, pas ton tour viendra . »
Yumi rentra chez elle et Aélita alla retrouver Jérémie au coin de la rue.
Jérémie questionna Aélita :
« - Je t'ai entendue parler un peu fort,ça va, vous ne vous êtes pas disputées au moins ?
-Ce n'est rien des histoires de filles. Ecoute Jérémie je n'ai plus tellement envie d'aller au restaurant ce soir je crois que je vais rentrer au collège.
-Mais Aélita..., commença Jérémie
-Ecoute Jérémie, ce petit moment que l'on à passé ensemble était magnifique et je reverrais de pouvoir en vivre d'autre comme cela et même des plus long avec toi mais là, je n'en ai plus tellement envie alors arrêtons nous là d'accord, coupa Aélita d'un ton sec que Jérémie ne lui connaissait pas et qui le surprit.
-D'a.... D'accord, je te raccompagne au moins au collège. Moi j'ai encore du travail sur le supercalculateur.
Jérémie raccompagna Aélita au collège. En chemin il longèrent le fleuve et purent voir le soleil se couché dans son lit. Pendant un bref instant les 2 crurent voir le tous dernier rayons de soleil : le rayon vert.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codelyokofr.keuf.net
Leo
Admin


Messages : 293
Date d'inscription : 19/08/2007
Localisation : la ou Lili n'est pas!

MessageSujet: Re: Folle Realitée ***   Dim 25 Nov - 11:34

Aélita rentra au collège et alla mangé au réfectoire, elle était frustré de cet soirée et énervé quand arriva Odd accompagnée d'Ulrich :
Odd : salut princesse Jérémie est pas avec toi, qu'est-ce qu'il y a t'as pas l'air de bonne humeur. Tu t'es disputé avec Einstein?
Aélita : Odd s'il te plaît, ferme là. Ne commence pas avec tes vannes à 2 euros et tes moqueries. J'ai envie d'être un peu en paix. T'en as pas marre d'embêter tout le monde avec ta voix criarde et tes mauvaises blagues. Quand commenceras-tu à devenir adulte et sérieux, c'est à cause de çà qu'aucune fille ne veux sortir avec toi.
Ulrich : ho là Aélita calme toi, je sais pas ce qui t'arrive mais c'est pas une raison pour t'en prendre à Odd mais remarque elle a pas tort pour ce qui de ton comportement et des filles.
Odd à Ulrich : ho ça va toi
Odd à Aélita : écoute je sais pas ce que tu as mais je suis comme je suis, et pour les filles c'est juste une méthode de sélection, un peu dure, c'est vrai, mais c'est comme ça que je fonctionne quoi que tu puisse en dire ou en penser, et je ne changerais pas pour tes beaux yeux.
Ulrich à Aélita : il a raison, j'admets que c'est bizarre mais d'une certaine manière c'est ce qui fait son charme, enfin je croix. Même si j'attends de voir le résultat, on ne va pas le changer c'est à lui de voir.
Odd : merci Ulrich tu es vraiment un frère pour me soutenir ainsi.
Aélita : pardon Odd je me suis un peu trop emporté, tiens prend mon repas je n'ai plus faim, dit Aélita en tendant son plateau à Odd.
Odd : merci faudrait que tu nous fasses ce genre de crise plus souvent, répondit-il en se jetant sur son plateau
Aélita à Odd : Ne recommence pas Odd !
A ce moments Sissi mit son grain de sel dans l'engrenage :
« Alors mon Ulrich on se dispute avec ses petits camarades tu devrais venir dans mon groupe, il n'y a jamais de disputes, clama Sissi
Odd : ça se comprend les chien-chiens sont loyaux avec leur maîtresse, il faut dire que tu es plutôt doué pour le dressage, renvoya Odd
Tout le réfectoire riait sauf Aélita qui ne put esquisser qu'un petit sourire intérieur.
Sissi : Toi le nabot maigrichon on t'a pas sonner.
Aélita à Sissi : alors toi tu commence franchement à m'énerver. Depuis que je suis ici tu n'as jamais rien fait d'autre que de nous causer des problèmes. Tu n'a donc rien de mieux dans ta vie. Tu est hautaine, méprisante, manipulatrice, égocentrique, je ne sais pas pourquoi tu est comme ça mais sache que, si tu continu ainsi, tu finiras éternellement seul et tout le monde te détestera même Ulrich
et même tes deux copains te laisseront tomber pour une autre fille à un moment où à un autre.
Ulrich, il est pour Yumi jusqu'à preuve du contraire donc lâche-le et vas chercher quelqu'un d'autre avant de finir seul.
Sissi semblait stopper net, la tête baissé, une larmes tomba comme la lame d'une guillotine sur la nuque : elle sortit du réfectoire en courant
Odd : d'accord bonne soirée
Ulrich à Aélita : tu es sûr que ça va Aélita ?
Aélita à Ulrich : ça va mais s'il te plaît Ulrich ne me pose pas de question ce soir, je suis un peu sur les nerfs. »
Aélita sorti du réfectoire et ce dirigea vers les dortoir un peu perdu dans ses sentiments : elle ne c'était encore jamais mis en colère, encore moins dans une colère, presque une rage, aussi forte et elle détestait ce sentiments elle se le promit demain elle irait s'excuser auprès de Odd. Quant au cas de Yumi et de Sissi elle restait persuadée que tout se qu'elle leur avait dit les aiderait à avancé. Peut-être irait-elle s'excuser auprès de Yumi voire de Sissi mais pour l'instant elle voulait juste se calmer et se reposer la nuit porte conseil dit t-on.
Au réfectoire :
«-Qu'est-ce qu'elle a, à ton avis ? Demanda Ulrich à Odd qui avalait plat dessert et entrée sans faire attention à mâcher les aliments
-Tu parles de Aélita, c'est une filles alors j'imagine qu'elle à ses règles.
-Tu pense, whaou j'aimerais pas être à la place de Jérémie quand ils attendront un enfant.
-C'est clair, répondit Odd et pour Yumi c'est pour quand le bébé.
-Odd t'es lourd, dit Ulrich, t'es sûr que c'est pas plutôt XANA ?
-Appelle Jérémie, si tu veux être sûr. »
Ce qui fit Ulrich :
«- allô Jérémie ! Y a t-il une tour activé en ce moment ?
-Non Ulrich RAS chez XANA, pourquoi ?
-Pour rien, simple curiosité, tu devrais venir manger !
-Non merci j'ai pas faim, répondit Jérémie.
-OK salut.
-Alors? demanda Odd
-RAS tu dois avoir raison. Quand même Aélita t'a battu à plate couture au rembarrage de Sissi.
-M'en parle pas, les génies me piquent ma première place en une seule tentative chacun, il y aurait de quoi déprimer mais je sais que je peut m'améliorer et atteindre leur niveau car je veux être LE CHAMPION INCONTESTER DU REMBARRAGE DE SISSI, clama Odd.
-Odd tu pourrais pas redescendre de ta planète ? Tout le monde te regarde .
Odd était debout un pied sur la chaise et l'autre sur le dossier de cette dernière dans une posture conquérante et fier et Ulrich le tirait par le bas de son pantalon pour qu'il s'asseye.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codelyokofr.keuf.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Folle Realitée ***   Aujourd'hui à 19:34

Revenir en haut Aller en bas
 
Folle Realitée ***
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La folle boutique Rolex vintage de Londres
» [McCann, Colum] Et que le vaste monde poursuive sa course folle
» Les dessins d'une folle :p
» Archives : Folle ascension HTC
» [Scott, Ann] A la folle jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Code Lyoko :: Code Lyoko :: Fan Fiction-
Sauter vers: